Faire une augmentation mammaire par graisse

L’augmentation mammaire avec votre propre graisse ou le lipofilling mammaire est une alternative sûre à l’augmentation mammaire par implants.

Est-il possible d’augmenter la poitrine sans implants ?

La technique d’augmentation mammaire avec votre propre graisse consiste à placer des micro-greffes de graisse dans la glande mammaire afin d’obtenir un volume naturel. En outre, cette graisse provient d’autres zones donneuses de la patiente elle-même. Résolvez tous vos doutes avec cette séance de question réponse de notre équipe et un spécialiste sur l’Augmentation mammaire par graisse en Suisse, à Lausanne et Genève.

Pour qui l’augmentation mammaire avec greffe de graisse est-elle recommandée ?

Les femmes qui viennent pour un traitement de remodelage du corps (liposuccion ou abdominoplastie) et qui souhaitent en même temps voir une augmentation du volume de leurs seins. Les femmes dont la priorité est l’augmentation mammaire mais qui ont des accumulations de graisse pouvant servir de zone donneuse et qui ne veulent pas porter de prothèses mammaires.

Les femmes qui ont déjà subi une augmentation mammaire avec des implants et qui présentent une certaine irrégularité ou asymétrie pouvant être traitée par un “lipofilling” (ou remplissage de graisse) sélectif. Les femmes qui ont subi une augmentation mammaire avec des implants mais qui ont développé un problème (contracture capsulaire, rupture) ou qui ne veulent tout simplement plus les garder en place et souhaitent les retirer. Les malformations du développement telles que les seins tubéreux, le syndrome de Poland ou le pectus excavatum. Elle est évidemment contre-indiquée chez les patients minces sans graisse corporelle et chez les femmes qui souhaitent une augmentation de plus de deux tailles. L’implant pousse et donne de la projection, la graisse ne le fait pas.

En quoi consiste cette augmentation mammaire avec sa propre graisse ?

Nous avons été les pionniers en Suisse à introduire la greffe de graisse avec la technique du Dr qui garantit la plus grande survie de la graisse greffée et minimise l’incidence des kystes. Nous utilisons actuellement différentes méthodes pour traiter la graisse, en fonction du volume dont nous avons besoin. Le filtrage et la centrifugation sont nécessaires pour éliminer les restes de cellules brisées, d’huile et de sang obtenus lors de la liposuccion. Ce dont nous avons besoin pour la transplantation, ce sont des cellules vivantes et ce traitement nous assure la qualité du tissu à transplanter. La graisse est obtenue par liposuccion d’autres zones du corps et subit une préparation pour n’obtenir que les cellules intactes. À l’origine, le processus était basé sur la centrifugation, mais aujourd’hui nous préférons la filtration car elle semble augmenter le nombre de cellules viables à transplanter. La graisse ainsi obtenue est injectée dans le sein à l’aide de seringues très fines et petites, de sorte que nous injectons de très petites quantités qui ont plus de chances de survie. Il s’agit de déposer des milliers de micro-greffes de moins de 2 mm de diamètre dans le sein, créant ainsi un échafaudage qui augmente le volume du sein. La graisse est injectée autour de la glande mammaire, jamais à l’intérieur.

Dans la période postopératoire immédiate, il y a un gonflement qui disparaît en quelques jours. Au début, le volume est un mélange de la graisse transplantée et de la rétention d’eau due à l’opération. Il est important d’en tenir compte car le gonflement se réduit dans les mois qui suivent et le volume du sein diminue. La patiente pense que la graisse est réabsorbée alors qu’en fait elle perd du liquide, ce que nous appelons un œdème. Le volume du sein est considéré comme stable dans la période d’environ 4 mois. Une étude récente a déterminé qu’en moyenne 50% de la graisse greffée survit. Les cellules graisseuses greffées font partie du sein et l’aspect est totalement naturel.  Le volume que l’on peut obtenir avec cette technique correspond à un bonnet de soutien-gorge et il y a une réabsorption du tissu adipeux qui est estimée à 30% mais qui est variable en fonction du patient et du type de vie qu’il mène après l’opération.

Quelles complications pouvons-nous avoir ?

Par rapport aux implants, l’augmentation avec votre propre graisse présente très peu de problèmes. Les plus courantes peuvent être liées à la liposuccion nécessaire pour l’obtenir. C’est pourquoi nous sommes très conservateurs et ne prélevons que la graisse nécessaire à la transplantation, en évitant autant que possible les zones flasques. Les problèmes locaux les plus courants sont la présence de microkystes et de calcifications. Ils ne sont pas d’une importance majeure mais il est toujours nécessaire de prévenir le spécialiste de la mammographie afin qu’il n’interprète pas mal les images.

Nous indiquons toujours une mammographie avant et une autre un an après, afin qu’il y ait une preuve claire des changements qui se sont produits avec la chirurgie d’augmentation avec votre propre graisse. Pour une augmentation plus importante, nous recommandons l’utilisation d’implants ou une augmentation mammaire combinée avec des implants et votre propre graisse. Actuellement, la technique hybride des implants et de votre propre graisse est celle qui donne les meilleurs résultats car elle combine les avantages des deux procédures. Faites toujours confiance à des spécialistes de renommée mondiale dans la technique de l’augmentation mammaire par la graisse. Le résultat : une poitrine avec plus de volume sans renoncer à un total naturel.

Quels soins après le traitement ?

Dans la période postopératoire immédiate, il y a un gonflement qui disparaît en quelques jours. Au début, le volume est un mélange de la graisse transplantée et de la rétention d’eau due à l’opération. Il est important d’en tenir compte car le gonflement se réduit dans les mois qui suivent et le volume du sein diminue. La patiente pense que la graisse est réabsorbée alors qu’en fait elle perd du liquide, ce que nous appelons un œdème. Le volume du sein est considéré comme stable dans la période d’environ 4 mois. Les cellules graisseuses greffées font partie du sein et l’aspect est totalement naturel. En fonction du type de peau, des caractéristiques des taches à traiter et des résultats que vous souhaitez obtenir, il vous sera conseillé sur le choix du traitement laser approprié pour retrouver le ton, la couleur et la luminosité de votre peau.

FAQs : Questions fréquemment posées

Combien dois-je peser pour être un candidat à l’augmentation mammaire par la graisse ?

Le poids en soi n’est pas un facteur déterminant pour cette technique, bien que vous deviez avoir des dépôts avec un volume suffisant de tissu adipeux pour pouvoir l’extraire. Par exemple, vous pouvez être en bonne surcharge pondérale mais avoir des “poignées d’amour” ou des “poignées d’amour” qui serviront de zone donneuse. Il faut tenir compte du fait que seulement 30 à 40 % de ce qui est extrait est de qualité suffisante pour une transplantation. De quelles zones sont extraites ? Certaines zones sont-elles meilleures que d’autres ? Il n’y a pas de zones meilleures ou pires, bien que les zones les plus courantes soient l’abdomen, les flancs et les hanches.

Que fait-on de ma graisse ?

Il est centrifugé ou filtré pour extraire les cellules viables. Ceux qui sont cassés, qui contiennent du sang, du liquide d’infiltration, etc. sont jetés.

Que fait-on de la graisse extraite qui reste ?

Nous ne pouvons pas garder l’excès de graisse, nous essayons donc d’extraire uniquement ce qui va être utilisé et de laisser des zones avec de la graisse qui peuvent être utiles pour une éventuelle retouche dans le futur.

Combien de tailles (ou de bonnets) puis-je gagner ?

En une seule séance, vous pouvez gagner une tasse. Ce que nous savons, c’est que si l’intervention est répétée, il est possible de gagner plus de volume puisque le tissu adipeux est greffé dans une zone qui possède déjà des tissus du même type. La zone receveuse accepte mieux le tissu et il y a moins de réabsorption.

Que se passe-t-il si je perds du poids après l’augmentation, est-ce que je perds aussi la graisse de mes seins ?

Le tissu adipeux étant un tissu vivant, ses cellules se comportent comme toutes les autres cellules de l’organisme. Si vous perdez du poids, les cellules réduisent leur volume et vice versa si vous prenez du poids. Le nombre de cellules reste stable. Nous savons tous que lorsque l’on perd du poids, il y a des zones qui perdent du poids plus tôt que d’autres. Il y aura des femmes qui perdront la graisse du visage plus tôt, par exemple, que celle du sein. Ce n’est pas prévisible. Et si je prends du poids après l’opération, est-ce que je prendrai aussi plus de volume de poitrine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code