0 0
Read Time:4 Minute, 27 Second

Jusqu’à un certain point, les banques et les marchés favorisent tous deux la croissance économique. Au-delà de cette limite, l’expansion du crédit bancaire ou du financement immobilier par le marché ne contribue plus à la croissance réelle. Mais lorsqu’il s’agit de modérer les fluctuations du cycle économique, les banques et les marchés diffèrent considérablement dans leurs effets.

Structure financière et croissance

Lors de ralentissements normaux, des banques saines contribuent à amortir le choc, mais lorsque les récessions ont coïncidé avec des crises financières, nous constatons que l’impact sur le PIB a été trois fois plus sévère pour les économies axées sur les banques que pour celles axées sur le marché.

Classification JEL : G10, G21, O16, O40.1

Les banques et les marchés canalisent l’épargne vers l’investissement de manière assez différente. Les banques effectuent l’intermédiation principalement dans leurs bilans. Elles recueillent l’épargne, généralement sous forme de dépôts, et fournissent des fonds principalement sous forme de prêts, souvent grâce à des relations étroites avec les emprunteurs. Les marchés, en revanche, maintiennent les épargnants et les investisseurs à distance, en servant de forum où les titres de créance et les actions sont émis et négociés. Les banques peuvent surmonter les problèmes liés à l’asymétrie de l’information et à l’exécution des contrats en utilisant les connaissances qu’elles accumulent grâce à leurs relations ; les marchés le font au moyen de clauses contractuelles et des tribunaux. Tous les systèmes financiers combinent l’intermédiation bancaire et l’intermédiation de marché. Mais la structure financière – la combinaison particulière des deux canaux d’intermédiation – varie selon les pays. Dans cet article, nous examinons certains des déterminants de la structure financière et la manière dont cette structure peut affecter la croissance économique.

La question qui fait débats.

Certaines études concluent que les intermédiaires et les marchés financiers sont tous deux importants pour la croissance économique (Boyd et Smith (1998), Levine et Zervos (1998)). D’autres concluent que la structure financière en soi n’a pas d’importance : c’est l’offre globale de services financiers (banques et marchés financiers confondus) qui est importante pour la croissance (Demirgüç-Kunt et Levine (1996), Levine (2002)). Une autre possibilité est que la relation est plus complexe et que la réponse varie en fonction du niveau de développement économique et financier d’un pays (Demirgüç-Kunt et al (2011)).

Les trois questions à se poser.

  • La première concerne la relation entre les caractéristiques d’un pays et sa structure financière. Nous constatons que la structure financière évolue parallèlement à l’évolution du profil de l’économie.
  • La deuxième concerne le lien entre la structure financière et la croissance économique. Nous constatons que les banques et les marchés favorisent la croissance économique de manière complémentaire, mais aussi qu’il existe un point de rendement négatif : au-delà, une intermédiation bancaire supplémentaire ou des marchés plus grands vont de pair avec une croissance plus faible.
  • La troisième question concerne le rôle que jouent les banques et les marchés dans la modération des fluctuations du cycle économique. Nous constatons que la fonction d’absorption des chocs des systèmes axés sur les banques est inhibée lorsque le ralentissement coïncide avec une crise financière.

Les autres sections importantes.

La première présente les faits et discute de la combinaison entre l’intermédiation bancaire et l’intermédiation de marché dans une série de pays. La deuxième explore le lien variable entre la structure financière et la croissance économique. La troisième teste empiriquement le rôle des banques et des marchés dans la modération des fluctuations du cycle économique. La section de conclusion résume les principaux résultats.

Structure financière : différences entre les pays et déterminants

Il n’existe pas de mesure directe des services d’intermédiation fournis par les banques et les marchés qui permette des comparaisons directes entre les pays. Par conséquent, l’analyse empirique de ce sujet repose sur des indicateurs qui approchent différents aspects des deux canaux d’intermédiation (Beck et al (2000), Levine (2004)). Même dans ce cas, la disponibilité et la comparabilité des données dans le temps et entre les pays posent problème. Dans cet article, nous nous appuyons sur la base de données Global Financial Development Database de la Banque mondiale . Elle indique la structure financière de 41 pays sur deux périodes : les années 1990 et les années 2000. La structure financière de 41 pays sur deux périodes : les années 1990 et les années 2000. Il représente le ratio du crédit bancaire par rapport à la somme du crédit bancaire et de la capitalisation totale du marché des actions et des obligations, afin de mesurer l’importance relative des banques et des marchés. Plus ce ratio est élevé, plus un système financier donné dépend des banques et, par conséquent, moins il fait appel aux marchés.

Les grandes tendances qui se dégagent.

  • Premièrement, la structure financière diffère considérablement entre les pays. L’importance relative des banques va de moins de 20 % aux États-Unis à plus de 60 % en Autriche, en Hongrie et en Nouvelle-Zélande.
  • Deuxièmement, la structure financière n’est pas statique. L’intermédiation basée sur le marché a gagné du terrain au cours des deux dernières décennies.

Pour s’en convaincre, il suffit de constater qu’environ trois quarts des diamants bleus, qui représentent le ratio des années 1990, se situent au-dessus des barres, qui représentent le ratio des années 2000. En y regardant de plus près, on constate que l’essentiel de ce changement est dû à l’évolution de l’intermédiation. Voir https://geneve.news/category/immobilier/ pour en savoir plus !

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code