Souscrire une assurance vie comment ça marche

Le sens et l’absurdité de l’utilisation de l’assurance-vie à valeur de rachat et des solutions de dotation pour la planification de la retraite en Suisse.
Dans cet article, je traite de l’assurance vie à valeur monétaire pour la planification de la retraite en Suisse, et de la question de savoir si le fait de l’obtenir a un sens financier. L’assurance vie entière avec prestations du vivant – c’est-à-dire l’assurance vie avec valeur en espèces que vous obtenez comme prestation lorsque vous atteignez un certain âge – est une grosse affaire en Suisse. En Suisse, l’assurance vie permanente est proposée sous différentes appellations : assurance vie mixte, assurance épargne, assurance retraite. Le concept est le même dans tous les cas. Vous payez les primes soit en une seule fois, soit sur une longue période. Après déduction des commissions de vente, des frais administratifs et de nombreuses autres dépenses douteuses, tout ce qui reste est comptabilisé à la valeur de rachat de votre police. À la fin de la durée présélectionnée, la police arrive à échéance et la valeur de rachat est versée à titre de prestation.
En d’autres termes, vous versez de l’argent à une compagnie d’assurance, et celle-ci s’engage à vous verser un montant X dans le futur. Une fois que l’argent a quitté vos mains, il ne vous appartient plus.

Il appartient à la compagnie d’assurance.

Tout ce que vous avez, c’est son engagement. En Suisse, l’assurance vie entière relève toujours du pilier 3a ou du pilier 3b de l’épargne-retraite.
En tant que nouvel arrivant en Suisse, vous pouvez (et c’est probablement le cas) être confronté à des problèmes de planification de la retraite que les Suisses n’ont pas. Par exemple, comme vous ne pouvez pas transférer vos prestations à l’étranger, vous devrez financer votre AVS (AVS, AVS, quel que soit le nom que vous lui donnez) en partant de zéro. Il en va de même pour la caisse de retraite professionnelle de votre entreprise. Peut-être n’avez-vous pas encore beaucoup épargné en vue de votre retraite et le coût élevé de la vie en Suisse vous a incité (secoué) à créer un plan de retraite. Ou peut-être ne voulez-vous pas travailler toute votre vie pour un patron, mais souhaitez-vous quand même bénéficier d’une bonne pension à la retraite.
Si l’une des situations ci-dessus vous convient, vous êtes une cible de choix pour les vendeurs d’assurance vie. Les polices d’assurance suisses qui peuvent être utilisées pour la planification de la retraite se répartissent en 4 catégories : L’assurance vie entière (appelée assurance vie mixte en Suisse, elle combine une couverture d’assurance vie réelle avec une police à valeur de rachat) ; l’assurance à valeur de rachat (il s’agit uniquement de la police à valeur de rachat, sans assurance vie) ; les rentes viagères avec valeur de capital résiduelle (elle combine une assurance rente viagère avec une police à valeur de rachat) ; les rentes viagères sans valeur de capital résiduelle. J’expliquerai les rentes viagères dans mon prochain article sur l’utilisation des rentes viagères pour la planification de la retraite.
Les inconvénients de l’assurance vie entière :
J’ai décidé d’énumérer les inconvénients en premier, car dans de nombreux cas, l’assurance vie entière frise l’escroquerie. Si vous ne savez pas exactement ce que vous faites et pourquoi lorsque vous souscrivez une assurance vie entière, vous risquez fort d’être pris au piège pour toute votre vie.

1. Les compagnies d’assurance et les vendeurs font généralement de fausses déclarations.

Les compagnies d’assurance adorent mélanger l’assurance valeur de rachat (le système “vous payez, ils donnent en gage”) avec d’autres couvertures d’assurance afin de la rendre plus attrayante. Les compagnies d’assurance suisses incluent généralement l’assurance vie temporaire et l’assurance perte de revenus dans l’assurance épargne et la présentent comme une assurance vie mixte ou une assurance retraite. Le fait est que vous pouvez souscrire une assurance vie temporaire et une assurance perte de revenus par vous-même. Vous pouvez également souscrire une assurance valeur de rachat pure, sans que ces garanties supplémentaires ne soient intégrées à la police. De nombreux clients malchanceux n’achètent une assurance vie entière que parce qu’ils veulent un plan d’épargne du pilier 3a, une assurance vie temporaire et/ou une assurance perte de revenus et ne savent pas qu’ils peuvent les obtenir séparément.

2. Vous pouvez récupérer moins que ce que vous payez.

C’est le résultat final. Même si vous souscrivez une simple assurance épargne sans assurance vie, sans assurance perte de revenus ou toute autre assurance, vous payez (chèrement) la mise en gage. Pour avoir une idée de ce que vous payez, regardez cet exemple. Supposons que vous souscriviez une assurance vie entière en 2019 et que vous payiez 5000 CHF suisses de primes entre 37 et 57 ans. Ce sont les prestations garanties sur lesquelles vous pouvez compter pour obtenir 20 ans et 100 000 CHF de primes plus tard : Helvetia – 75 480 CHF ; Generali – 78 229 CHF ; Zurich – 79 520 CHF . Voici le montant que vous payez pour le service : 20 480 CHF à Zurich ; 21 771 à Generali ; 24 520 à Helvetia. C’est beaucoup d’argent pour payer un gage.
Presque toutes les polices d’assurance vie entière suisses sont avec participation, ce qui signifie que tout ou partie de la valeur de rachat de votre police est investie dans des fonds ou des certificats, et si ces investissements rapportent, la compagnie d’assurance peut vous verser des dividendes qui s’ajoutent à votre valeur de rachat. Sur le long terme – disons 20 à 30 ans – les chances de voir les investissements réaliser de bons résultats sont assez bonnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code