Questions sur la toxine botulique et Médecine esthétique, ce qu’il faut savoir

Pour la 14e année consécutive, le botulisme a été préféré à l’acide hyaluronique par le marché des traitements de médecine esthétique pour le rajeunissement de la zone du visage. Selon les données , il y a eu près de 3,6 millions de traitements à la toxine botulique, soit 40 % de tous les traitements de médecine esthétique pratiqués en Europe en 2019. En Suisse, où elle a reçu le feu vert il y a dix ans, la toxine botulique a toujours suscité une certaine méfiance, mais les choses sont en train de changer.

Qu’est-ce qui a changé au cours de ces dix années ?

Tout d’abord, l’approbation par l’Agence Suisse des médicaments (ASDM) de deux autres toxines. En outre, du premier oui au traitement des rides de la glabelle (les lignes verticales entre les sourcils), nous sommes arrivés, il y a environ un an et seulement pour deux des toxines, également au traitement des rides péri oculaires. Entre-temps, plus de 5 000 études sur la toxine ont été réalisées, mais il existe encore de nombreuses fausses croyances et des doutes quant à l’utilisation et à la sécurité de la toxine.

Par exemple, est-il vrai que le Botox rend les lèvres “gonflées” ? Ou qu’elle paralyse l’expression ?

Nous avons demandé à un spécialiste en chirurgie esthétique et vice-président de l’Association Suisse de Toxine Botulique Esthétique, et à un professeur de Médecine Esthétique à la Maîtrise de l’Université de Genève et Lausanne , de répondre à 9 questions pour tenter de faire la lumière sur le traitement botulique.

S’agit-il d’un médicament supervisé par le ministère de la Santé ?

“Le botulisme est un médicament qui est également utilisé pour le traitement de pathologies, contrairement aux produits de comblement qui sont classés et donc réglementés comme des dispositifs médicaux”, explique le maître de conférences en médecine esthétique à l’université de Genève et Lausanne . “La différence n’est pas négligeable : comme tous les médicaments, le botulisme est également soumis à l’autorisation des organismes d’État chargés de la protection de la santé et seulement après l’exécution de nombreuses études d’efficacité et de sécurité.”

Est-ce une substance sûre ?

“La toxine”,”n’est pas un poison, c’est un médicament sûr et efficace utilisé à des doses correctes et s’il est utilisé par des médecins experts. Si le traitement est effectué selon les indications, il donne au visage un aspect naturel et reposé avec un effet lissant”.

Ne crée-t-il pas d’effets ou de dommages permanents ?

“Il a été démontré par plus de 5 000 essais cliniques publiés dans des revues internationales que l’action du botox s’estompe spontanément dans un laps de temps allant de 4 à 6 mois au maximum. Il ne peut donc donner aucun effet permanent.”

Les médecins qui l’utilisent doivent-ils suivre des cours de formation ?

“Dans l’utilisation de la toxine, il est nécessaire de respecter les directives dictées par la vaste littérature pour éviter des erreurs telles que les sourcils asymétriques, la mobilité irrégulière, les imperfections, jusqu’à l’aspect méphistophélique” explique le spécialiste en chirurgie esthétique et vice-président de l’Association Suisse de la toxine botulique esthétique. “Les médecins qui l’utilisent doivent avoir suivi des cours de formation spécifiques car, même dans sa simplicité, il doit être injecté dans des points prédéfinis, mieux s’ils sont préalablement marqués par un dessin. L’ASETB, l’Association Suisse pour l’esthétique de la toxine botulique, organise régulièrement des cours de formation pour trois niveaux d’apprentissage différents, dans les principales villes Suisses, à l’issue desquels elle délivre un certificat de participation”, explique un professeur . Les membres de l’ASETB ne peuvent accéder au niveau suivant que s’ils ont terminé les précédents et c’est certainement une garantie de sérieux et de préparation”.

Son effet peut-il être modulé ?

“La toxine botulique, est administrée avec des doses qui sont définies en unités ; les différents dosages combinés aux différentes techniques d’injection permettent d’obtenir des images de lissage total et non naturel du visage et au contraire des améliorations où quelques rides sont laissées pour donner un effet plus naturel.”

Est-ce que cela paralyse l’expression ?

“Un traitement esthétique à la toxine botulique peut provoquer une expression faciale rigide et fixe.” “Si elle n’est pas utilisée correctement, elle donne au visage un aspect peu naturel, car la toxine botulique durcit les muscles. Une fois injecté, le médicament interfère avec la libération de substances médiatrices de l’impulsion motrice entre le nerf et le muscle. Cela provoque un effet de resserrement de la peau et donc des rides.”

Peut-il migrer ?

Il existe de nombreuses études cliniques qui  disent que le botulisme, utilisé en esthétique à des doses minimales, ne migre pas mais se propage sur un centimètre maximum à partir de l’endroit où il a été injecté” . Son effet est modulable, utilisé à des doses minimales (unités) en esthétique, il ne migre pas mais s’étend sur un centimètre maximum de l’endroit où il a été injecté. Aucune substance, parmi celles qui existent aujourd’hui, ne peut égaler l’action de la toxine botulique. Sa capacité de lissage, sa maniabilité, sa sécurité, ne peuvent rivaliser avec les lasers, les peelings ou les produits de comblement du visage”.

Cela modifie-t-il les caractéristiques ?

Absolument pas. C’est la véritable innovation de la chirurgie esthétique de ces dernières années, inoculée dans la zone périoculaire et frontale, elle améliore jusqu’à effacer les rides d’expression tout en maintenant une expressivité normale et en évitant la formation de nouvelles, elle a donc une action préventive”. Ces rides, avant l’utilisation de l’ Injection de Botox, n’étaient améliorées que par le lifting frontal. “En identifiant l’anatomie musculaire et en calibrant la dose appropriée de micro-injections, il est possible d’obtenir une peau lisse “effet bébé” avec une expression faciale complète, traversée par les sillons naturels lorsqu’on s’exprime”.

Peut-on l’utiliser en même temps que l’acide hyaluronique ?

Les résultats des dernières études cliniques menées et publiées dans des revues scientifiques s’accordent à dire que l’utilisation combinée de ces deux substances est la voie à suivre pour lutter contre le vieillissement”. L’action combinée permet de lutter plus efficacement contre les signes du vieillissement du visage, en particulier les rides du front, les paupières “tombantes”, les rides entre les sourcils, les pattes d’oie, la perte de volume des joues et des lèvres, les sillons entre le nez et les lèvres et les poches des paupières. Les effets secondaires ont été légers et de toute façon tranires, totalement superposables entre les différentes techniques”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code