Qui est tokkie Jones ?

Isabella Eastwood a eu l’occasion d’interviewer Ninja et Yolandi de Die Antwoord avant leur prochain concert au Luxembourg le mardi 11 octobre.

Yolandi et Ninja de Die Antwoord

Au milieu de discussions confuses et les t-shirts de la tournée (“Yolandi porte toujours le t-shirt de la tournée “), Ninja – entrecoupé par Yolandi qui intervient en arrière-plan – m’a parlé de musique, de culture, de musiciens à surveiller et d’à peu près tout le reste. Malgré le ton agressif de leurs musiques, leur célèbre attitude “stick it to the man” et le fait qu’un mot sur deux soit un juron (comme on peut s’y attendre), Die Antwoord était vraiment sympathique et bavard (je dois admettre que j’étais légèrement surpris).

Alors que le duo se prépare à sortir son dernier album en tant que “Die Antwoord” et à entamer de nouvelles collaborations avec d’autres artistes sud-africains, ils observent la différence de dynamique des voyages avec d’autres musiciens :

En quoi les tournées sont-elles différentes maintenant que vous avez toute une équipe avec vous ?

Y – Ils viennent tous du ghetto, et tout est si nouveau pour eux. Ils sont comme : “Cette chambre d’hôtel est incroyable ! Cette machine à café est époustouflante.”

N- Le bus est une putain d’explosion. Avant on avait des bus de merde et maintenant on en a des chics, c’est assez rêveur. C’est un plaisir constant chaque nuit et tu dois te concentrer pour être prêt à rapper à nouveau. Tu sais quand tout le monde s’éclate, que tout est nouveau et que l’énergie est contagieuse. C’est comme si on voyageait avec des amis, qu’on allait dans différentes villes, mais tout est payé, on a des concerts tous les soirs et on peut sortir après. Nous sommes assez ringards, nous ne buvons pas beaucoup parce que nous aimons avoir de l’énergie pour le spectacle, mais les garçons partent, ils sont comme dans une zone de rêve. C’est la première fois qu’on le fait, c’est un nouveau spectacle donc il y a comme un zing différent.

Y a-t-il une énergie créative différente dans l’air aussi ?

N – Ouais, à fond, à fond. Absolument. Quand nous avons eu nos premiers danseurs, c’était bien d’avoir une énergie différente. Les premiers danseurs avec lesquels nous avons travaillé venaient tous d’Afrique, et ils dansaient d’une manière unique et agressive, mais d’une manière vraiment magnifique. Et puis de temps en temps, nous avions des danseurs d’Amérique qui venaient, et ils sont tous différents. Ils étaient très cool, et certains d’entre eux pouvaient saisir l’agressivité africaine, mais c’est difficile, c’est juste très africain et vous ne le voyez nulle part ailleurs. De temps en temps, il y a des filles qui font la comédie et qui l’imitent, mais ce n’est pas dans leur sang… On n’aime pas vraiment la danse chorégraphiée de Britney Spears. Ça peut être de la danse synchronisée et tout ça, mais c’est plus la danse que l’on trouve dans le ghetto, ou dans une fête. Il s’agit de se défouler et de taper sur ses propres morceaux. Je ne l’avais pas remarqué jusqu’à ce qu’on commence à tourner avec ces gars-là et maintenant on fait tout cet art dangy. C’est une énergie complètement différente de celle à laquelle nous sommes habitués, c’est juste plus facile et plus sauvage. C’est le meilleur.

Pensez-vous alors que certains des éléments culturels de votre musique se perdent lorsqu’ils sont diffusés dans le grand public ?

Y – Oui, c’est très étranger, l’Afrique du Sud est super compliquée. Ça n’a rien à voir avec le reste du monde, il y a tellement de langues et de cultures différentes là-bas.

N – Les gens sont juste frappés par une chose, et c’est cette explosion d’énergie exotique. Nous sommes étrangers à 95%. La seule fois où je pense que nous avons été témoins de la même chose, c’est en voyant Rammstein, et on ne comprends rien à ce qu’ils disent mais il y a cette fureur totale, c’est incroyable.

Y – Nous essayons de faire passer l’essentiel parce que c’est là que tu sais que tu fais de la bonne musique.

N – Je veux dire que ça n’a pas beaucoup d’importance parce que ça transcende les langues. C’était choquant pour nous de jouer au Japon, en Russie, au Mexique, personne ne sait ce que tu dis, des endroits qui ne comprennent même pas l’anglais, et ils deviennent fous ! Ça devient juste cette émotion et cette énergie, et tout le monde pense qu’on est violents et dit “Votre musique est si agressive !” et nous on est genre “Hein ? On n’est pas violents !” et puis on vient dans les pays du premier monde et on est genre “Ooh merde”. SA est agressif parce que vous devez l’être pour vous maintenir à flot. Nous ne faisons pas activement du mal aux gens, mais vous devez rester fort pour survivre. Il y a juste cette énergie “se battre ou mourir” dans la culture SA… C’est un terrain agressif qui se retrouve dans la musique.

Je me demandais cependant, j’ai regardé ce clip, la chanson que vous avez faite avec G-Boy, et il y a pas mal de violence dedans. Ne pensez-vous pas que cela risque d’inspirer plus de violence ?

N – Eh bien, vous faites de l’art sur la vie. Et G-Boy, quand il a écrit cette chanson, nous étions en train de faire un long métrage, et il était victime d’intimidation. Il y avait des gens sur le plateau qui n’étaient pas des acteurs, mais de vrais gangsters, et il se faisait brutaliser. Ça arrive tout le temps autour de nous. Et c’est une question intéressante que vous posez parce qu’il a chanté la chanson et tout le monde était comme “Jésus, c’est tellement bon !”. Il ne savait pas comment gérer les brimades, alors c’était une libération pour lui. Il a eu l’idée du clip et on s’est dit que c’était vraiment génial.

Vous savez, la brute dans les livres ?

C’est notre fils adoptif Tokkie. Il était très maltraité, dans le quartier d’où il vient. Et une fois, il a craqué et a poignardé le type dans le cou, parce qu’il avait réveillé Tokkie au milieu de la nuit et l’avait frappé à la tête, et on a reçu un appel et on s’est dit “quoi ?!”. Le type était à l’hôpital mais il ne lui a jamais rien fait depuis, il est plutôt calme. C’est juste un truc bizarre dans la nature. Cette musique était littéralement une documentation de ce qui s’est passé. L’intimidation, c’est mal, c’est vraiment mal, et parfois on ne peut pas laisser les gens s’en tirer comme ça, il faut prendre position. Nous ne faisons pas de la musique pop à la Britney Spears. Les gens sont fascinés par l’observation de ce genre d’endroits, et notre musique et nos musiques sont le reflet de ce qui se passe. Mais ils ne sont pas tous comme ça ! En fin de compte, notre intention – et il est vraiment important que la musique ait une intention – n’est pas d’encourager les combats, les tensions ou la violence, notre intention est pacifique, toujours. Nos vibrations, notre énergie vont vers la paix. Ce n’est pas agréable d’être maltraité, parfois il faut mettre son pied à terre et dire stop, vous voyez ce que je veux dire ? Et la plupart du temps, dans les pays industrialisés, on ne voit pas cette partie.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code