Comment se font les techniques de Liposuccion

La Liposuccion, également appelée liposculpture ou lipectomie assistée par aspiration, est une technique qui permet d’éliminer les dépôts de graisse indésirables. La répartition inesthétique de la graisse corporelle est généralement due à une tendance innée à déposer de la graisse dans une zone particulière du corps, le plus souvent les hanches. Les autres zones comprennent le cou, les bras, le ventre, les reins, les cuisses, la face interne des genoux et les chevilles. La croissance d’une tumeur graisseuse bénigne (lipome) peut également être une défiguration, et chez les hommes, des gonflements graisseux peuvent se développer sous les mamelons pour ressembler à des seins (gynécomastie).

Qu’est-ce que la liposuccion ?

La liposuccion consiste à retirer la graisse en l’aspirant par un tube. Elle est particulièrement efficace pour les personnes dont le poids est normal et qui ont une peau ferme et élastique. Elle ne remplace pas la perte de poids.

Pourquoi une liposuccion ?

La liposuccion peut aider à corriger et à améliorer les contours des parties du corps dont il est difficile de déplacer le poids. Les zones les plus souvent traitées par la liposuccion sont le ventre, les hanches, les fesses, les cuisses, les genoux, le cou et le haut des bras. La liposuccion peut également être utilisée pour éliminer les lipomes (tumeurs non cancéreuses du tissu adipeux) et les gonflements graisseux qui peuvent se développer sous les mamelons des hommes pour ressembler à des seins (gynécomastie).

Que se passe-t-il avant l’intervention ?

Vous rencontrerez votre chirurgien pour discuter des raisons qui vous poussent à vous faire opérer et de ce que vous voulez. Le chirurgien prendra note de toutes les maladies que vous avez ou avez eues dans le passé. Il notera également tous les médicaments que vous prenez, y compris les remèdes à base de plantes et les médicaments qui ne sont pas prescrits par votre médecin.
Votre chirurgien vous examinera et pourra prendre des photos pour votre dossier médical. Il vous demandera si vous souhaitez être accompagné pendant l’examen et vous demandera de signer un formulaire de consentement pour la prise, le stockage et l’utilisation des photographies.
Le chirurgien mesurera votre taille et votre poids pour s’assurer que l’opération ne présente aucun danger. Si vous êtes en surpoids ou si vous prévoyez de tomber enceinte, votre chirurgien peut vous suggérer de retarder votre opération.

Comment se déroule l’opération ?

La liposuccion est réalisée à l’aide d’un tube fin appelé canule, qui est inséré dans de minuscules entailles de la peau. La canule est utilisée pour détacher la graisse et donner une meilleure forme à la partie du corps traitée. Ensuite, un dispositif d’aspiration spécial est fixé à la canule, et la graisse est aspirée du corps. Enfin, les coupures de la peau sont cousues.
Il existe quelques techniques légèrement différentes. Certains chirurgiens injectent des solutions dans la zone à traiter (technique dite humide ou tumescente), d’autres non. L’aspiration est généralement effectuée à l’aide d’un puissant aspirateur, mais il est parfois possible d’utiliser une simple seringue pour les petites zones. Une autre technique est la lipectomie assistée par ultrasons, qui consiste à utiliser des ondes ultrasonores pour perturber les cellules adipeuses et les rendre plus faciles à enlever.

Choisir un chirurgien

Si vous décidez de recourir à la liposuccion, adressez-vous uniquement à un chirurgien dûment formé et inscrit au registre des spécialistes tenu par le Conseil médical général. Il vous expliquera ce qui est possible pour vous ou ce qui pourrait donner les meilleurs résultats. Les membres de plusieurs organisations différentes pratiquant la chirurgie esthétique, votre médecin généraliste est la meilleure personne pour vous conseiller sur les personnes à consulter.
Avant l’intervention, vous devez discuter avec votre chirurgien pour savoir si vous devez subir une autre opération et pour savoir comment et quand payer. Personne n’a besoin d’une liposuccion urgente. Si on ne vous laisse pas le temps d’y réfléchir, vous devriez chercher ailleurs.

Comment puis-je contribuer à la réussite de l’intervention ?

Soyez en aussi bonne santé que possible. Il est important de maintenir un poids stable grâce à une bonne alimentation et à un exercice physique régulier. Si vous fumez, arrêtez au moins six semaines avant l’opération pour réduire le risque de complications. Ne vous préoccupez pas de l’épilation à proximité de l’endroit où les coupes seront faites, mais prenez un bain ou une douche dans les 24 heures précédant l’opération pour vous assurer que la zone est aussi propre que possible. Vous devez éviter de prendre de l’aspirine ou des médicaments anti-inflammatoires pendant les deux semaines précédant l’opération. Si vous êtes anémique, vous devez prendre des comprimés de fer. Votre chirurgien peut vous conseiller d’arrêter de prendre la pilule contraceptive si la liposuccion doit être étendue, ce qui peut impliquer de couper la peau.

Quel est le traitement alternatif ?

La principale alternative à la liposuccion est le régime alimentaire et l’exercice physique pour contrôler votre poids. Cependant, certaines personnes constatent qu’il y a des zones de graisse que le régime alimentaire ne peut pas modifier, et c’est là que la liposuccion peut aider. Pour que la liposuccion fonctionne, votre peau doit être élastique. Si elle est très étirée, on peut vous proposer des opérations pour enlever un surplus de peau, comme une plastie abdominale, à la place.

Quels sont les principaux risques et complications de la liposuccion ?

Comme pour toutes les opérations, la liposuccion comporte des risques. Bien que ces risques soient peu probables, il est important de les mettre en balance avec les avantages potentiels de l’opération. Discutez de chacun d’entre eux avec votre chirurgien plasticien pour vous assurer que vous comprenez bien les complications et les conséquences potentielles.

Cicatrices

L’opération laissera de petites cicatrices, généralement à des endroits qui ne sont pas habituellement visibles. Elles seront généralement rouges au début, puis violettes, et s’estomperont pour devenir plus pâles au bout de 12 à 18 mois. Parfois, les cicatrices peuvent devenir plus larges, plus épaisses, rouges ou douloureuses, et vous devrez peut-être subir une intervention chirurgicale pour les corriger.

Brûlures par friction

Le frottement de la canule sur la peau peut provoquer des brûlures par friction. Elles sont généralement légères et s’atténuent avec le temps.
Ecchymoses et saignements
Les ecchymoses sont très fréquentes après une liposuccion, mais les saignements abondants sont rares. Tout saignement survient généralement immédiatement après, ou peu après, l’opération. Avant l’opération, votre chirurgien discutera des médicaments qui augmentent le risque de saignement et il est important de contrôler l’hypertension artérielle. https://fr.wikipedia.org/wiki/Liposuccion pour en savoir plus et aussi https://www.editoweb.eu/Augmentation-mammaire-Geneve_a34908.html article très bien tourné!

 

Liposuccion : techniques, risques et complications

Dans le cas de la liposuccion sèche (traditionnelle), le chirurgien pratique des incisions de quelques mm, à travers lesquelles il introduit la canule d’aspiration, puis la manipule rapidement d’avant en arrière.

Techniques de liposuccion

Cette vibration, exercée manuellement, permet au chirurgien de séparer et d’enlever quelques kilogrammes de graisse excédentaire et de remodeler les contours du corps avec précision, notamment sur des zones plus petites comme les bras, les genoux ou les chevilles.
Liposuccion à sec
Au fil du temps, cette procédure de base a été progressivement affinée.
Liposuccion tumescente
Mise au point par des chirurgiens plasticiens dans les années 1980, elle reste la technique de liposuccion la plus utilisée. La technique tumescente est considérée comme plus sûre que les autres procédures car elle minimise les pertes de sang. Elle est généralement réalisée sous anesthésie locale et consiste à infiltrer le tissu adipeux avec de grands volumes d’une solution stérile contenant un anesthésique (jusqu’à trois fois le volume de graisse à retirer).

Le mélange anesthésique (également appelé solution de Klein) contient :

Lidocaïne, un anesthésique local pour soulager la douleur ; L’épinéphrine, un médicament qui provoque la constriction des vaisseaux sanguins. Cette vasoconstriction temporaire réduit toute perte de sang ; Solution saline, pour faciliter l’élimination de la graisse.
La solution de Klein est destinée à rendre le tissu adipeux tumescent (c’est-à-dire qu’elle fait gonfler la graisse), ce qui rend l’aspiration de la canule plus facile et plus contrôlée. Bien qu’elle ait tendance à prendre plus de temps que les autres techniques – de 30 minutes (menton et genou) à 4-5 heures (pour la plupart des zones concernées) – la liposuccion tumescente présente l’avantage de réduire le risque de saignement pendant l’intervention et le gonflement, les ecchymoses et la douleur postopératoires.

Avantages de la liposuccion tumescente

La liposuccion tumescente présente un certain nombre d’avantages par rapport à la liposuccion sèche traditionnelle : Le principal inconvénient de la liposuccion tumescente est qu’il faut plus de temps que la méthode traditionnelle pour éliminer un volume donné de graisse.

Liposuccion super humide

Cette technique est similaire à la liposuccion tumescente, à l’exception qu’elle utilise moins de liquide anesthésiant : le chirurgien injecte un volume de solution égal à la quantité de graisse à retirer. Bien qu’une petite quantité de lidocaïne soit parfois ajoutée au fluide, cette technique nécessite souvent une anesthésie générale ou péridurale. La procédure dure de une à deux heures. Procédure de liposuccion

Liposuccion assistée par ultrasons (UAL)

La technique UAL utilise une canule d’aspiration spéciale, qui vibre très rapidement et émet des ultrasons. Parfois, cette procédure est utilisée en combinaison avec une liposuccion tumescente.
Lors d’une liposuccion assistée par ultrasons, le chirurgien utilise un dispositif spécial sur ou sous la peau, qui émet des ultrasons et brise les parois des cellules graisseuses, formant ainsi une émulsion. La graisse ainsi liquéfiée est ensuite retirée. La liposuccion assistée par ultrasons est plus longue que les autres méthodes, mais elle est plus précise et tend à être plus efficace pour éliminer la graisse des zones fibreuses du corps (comme les seins masculins). L’inconvénient est qu’il génère beaucoup de chaleur, et si la canule à ultrasons n’est pas retirée assez rapidement, elle peut provoquer des brûlures. La liposuccion assistée par laser (LAL) repose également sur des principes similaires à ceux de la LAL.

Liposuccion assistée (PAL)

Dans le cas de la liposuccion assistée (PAL), en revanche, les chirurgiens plasticiens disposent d’une canule spéciale, qui utilise des vibrations pour briser les cellules graisseuses afin de pouvoir les aspirer. La canule se déplace d’avant en arrière, à une vitesse très rapide, sur une distance de 3 à 5 millimètres. La PAL permet de retirer plus de graisse en peu de temps (par minute, environ 40 % de graisse en plus par rapport à la liposuccion manuelle), ce qui signifie que la procédure prend moins de temps à réaliser, offrant des résultats constants et une récupération post-opératoire rapide.

Risques et complications

La liposuccion est généralement une procédure sûre et les effets secondaires sont réduits au minimum, surtout si l’on évite les procédures extrêmement longues ou l’élimination excessive de tissu adipeux.
Toutes les procédures chirurgicales comportent un certain risque.
La possibilité d’une complication augmente si le chirurgien doit opérer de très grandes zones du corps ou si plusieurs procédures sont prévues au cours de la même opération. Avant de subir une liposuccion, il est important de peser les risques et les avantages, de comprendre ses limites et les complications possibles.
Les effets secondaires, par opposition aux complications, sont des événements indésirables temporaires et mineurs, bien qu’ils puissent être gênants et douloureux :
• Douleur, gonflement et ecchymoses : devraient s’atténuer progressivement au cours d’un mois ou deux, mais peuvent durer jusqu’à six mois.
• Cicatrices : leur taille varie en fonction de la procédure utilisée, et elles devraient devenir progressivement moins visibles au fil des semaines. Pour certains, la “guérison” d’une cicatrice peut prendre jusqu’à un an.
• Engourdissement : il persiste parfois pendant quelques semaines.

Prise de poids post-opératoire.

Mobilité limitée : cela dépend de la procédure exacte utilisée par le chirurgien.
Il peut y avoir divers facteurs qui limitent les mouvements pendant une courte période, par exemple : Nécessité de porter un vêtement de compression élastique ; Gonflement ou douleur dans les zones soumises à la liposuccion. Les complications possibles qui peuvent survenir à la suite d’une liposuccion sont :

Infections.

Chaque fois que le corps est incisé ou perforé, des bactéries peuvent pénétrer et provoquer une infection. Les infections cutanées après une liposuccion sont rares, mais possibles. Dans certains cas, ils peuvent être graves ou mettre la vie en danger, comme dans le cas de la fasciite nécrosante ou du syndrome du choc toxique. Le médecin peut prescrire un antibiotique à prendre avant et après l’opération à des fins prophylactiques, c’est-à-dire pour prévenir d’éventuelles infections. De ce point de vue, il est également important de garder les plaies du site d’incision propres.

Embolie :

Les gouttelettes de graisse séparées pendant la liposuccion peuvent pénétrer dans la circulation sanguine et devenir de véritables “canons libres” appelés emboles. Par l’intermédiaire des vaisseaux sanguins, les emboles graisseux peuvent se déplacer vers des organes tels que les poumons ou le cerveau, provoquant une invalidité permanente ou, dans certains cas, s’avérant mortels. Par conséquent, une embolie graisseuse représente une véritable urgence médicale. Les signes d’une embolie pulmonaire peuvent inclure une difficulté à respirer. Dans de rares cas, les caillots sanguins peuvent entraîner une thrombose veineuse profonde dans les jambes.
Perforations viscérales.
Pendant la liposuccion, le médecin ne peut pas voir l’extrémité de la canule. Dans de rares cas, une sonde qui pénètre trop profondément peut perforer ou endommager un organe interne, comme les intestins lors d’une liposuccion abdominale. Ces dommages peuvent être corrigés chirurgicalement, bien que, dans de rares cas, les perforations viscérales puissent être fatales.

Sérome.

Après une liposuccion, une accumulation de sérum peut se former en sous-cutané dans les zones où les tissus ont été retirés.
Compression nerveuse et modifications de la sensation.
“Des paresthésies peuvent survenir, avec une modification temporaire ou permanente de la sensation (au niveau du site de liposuccion), qui peut être accrue (douleur) ou diminuée (engourdissement de la zone). Si ces changements de sensibilité persistent pendant une longue période (semaines ou mois), il faut en informer le médecin.
Nécrose de la peau (mort de la peau).
Dans de rares cas, la peau située au-dessus du site de liposuccion peut se nécroser (changer de couleur et tomber). Au cours de la cicatrisation, la plaie qui en résulte nécessite un soin extrême, car de larges zones de nécrose cutanée peuvent être infectées par des bactéries ou des micro-organismes.

Burns.

Pendant la liposuccion assistée par ultrasons, la chaleur de la sonde peut provoquer des lésions de la peau ou des tissus plus profonds.
Déséquilibre des fluides.
Le tissu adipeux contient beaucoup de liquide, qui est retiré lors de la liposuccion. En outre, le chirurgien peut injecter de grandes quantités de liquide pendant l’intervention (comme dans le cas de la liposuccion tumescente). Cela peut entraîner une perturbation de l’équilibre électrolytique de l’organisme et, par conséquent, de graves maladies cardiaques, pulmonaires et rénales.

Toxicité de l’anesthésie.

La lidocaïne est souvent utilisée comme anesthésique local pendant la liposuccion. Si de grandes quantités du mélange anesthésique sont injectées, ou si celui-ci contient une concentration trop élevée de lidocaïne, une réaction toxique peut se produire, se manifestant par des signes tels que : vertiges, agitation, somnolence, acouphènes (bourdonnements d’oreilles), troubles de l’élocution, goût métallique dans la bouche, engourdissement des lèvres et de la langue, frissons, contractions musculaires et convulsions. La toxicité de la lidocaïne peut provoquer un arrêt cardiaque et peut être fatale. En général, tout type d’anesthésie peut entraîner des complications et ce risque est toujours pris en compte lors d’une intervention chirurgicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code