Combien de temps faut-il pour acheter une maison suisse ?

L’achat d’une maison ou d’un appartement de rêve peut être un processus coûteux et décourageant pour les personnes qui s’installent en Suisse pour y vivre et y travailler – mais pas impossible. Examinons l’état du marché du logement et les questions clés concernant la location et l’achat.
Des rapports récents confirment des changements sur le marché immobilier suisse, dans un pays où plus de 60 % des personnes louent des appartements ou des maisons (+60 %), en raison de facteurs culturels et de coûts.

Acheter ou louer ?

La location est généralement l’option la plus facile pour les nouveaux arrivants, et de nombreuses agences immobilières et de relogement la recommandent dans un premier temps, du moins pendant les deux premières années.
“Les étrangers ne connaissent pas les régions. Ils ne savent pas s’ils aimeront la Suisse et leur propriété idéale n’existe peut-être pas encore”, explique un responsable de compte à Zurich. “Et parfois, leur entreprise paie la moitié de leur loyer.”
Mais l’achat d’une maison peut être intéressant, selon le canton, le temps disponible, le budget et les projets de vie.

Je viens de France. Puis-je acheter un appartement en Suisse ?

Les étrangers vivant en Suisse peuvent acheter un bien immobilier. Mais cela dépend de l’endroit d’où vous venez, et dans certaines circonstances, un permis est nécessaire. Les citoyens de l’Union européenne ou des États de l’Association européenne de libre-échange (AELE) (Norvège, Islande et Liechtenstein) jouissent des mêmes droits que les citoyens suisses lorsqu’ils achètent un bien immobilier. Les ressortissants des pays hors UE/AELE n’ont pas besoin de permis pour une résidence principale ou un terrain à bâtir, mais il existe certains critères, tels que la possession d’un permis de séjour (généralement un permis B) et le fait de vivre dans la propriété. Il faut également un permis pour les appartements de vacances, les résidences secondaires ou les hôtels avec appartements. Si vous vivez à l’étranger, certaines restrictions peuvent s’appliquer.

Quel est l’état du marché du logement ?

Après une période de 14 ans de hausse des prix de l’immobilier résidentiel, le marché du logement en pleine expansion s’est généralement refroidi. La demande a chuté et les prix sont au point mort. Le mois dernier, le Credit Suisse Real Estate a indiqué que les approbations de prêts hypothécaires avaient “décéléré” et que les prix devraient rester stables “dans un avenir prévisible”. Cette situation a été causée par la spirale des prix des maisons, inabordables pour les jeunes acheteurs, par des réglementations de financement plus strictes et par un ralentissement de l’immigration.
Les prix ont peut-être stagné, mais l’immobilier suisse reste extrêmement cher. Fin 2019, le prix moyen d’une maison familiale était de 1,2 million de francs suisses (1,24 million de dollars) et celui d’un appartement de 840 000 francs suisses, selon la société de conseil en matière de prêts hypothécaires et d’investissements. Il existe de grandes variations à travers le pays et par segment. Dans des régions très prisées comme Zurich et le lac Léman, il faut trouver au moins 200 000 CHF supplémentaires pour l’appartement de rêve. Selon l’Office fédéral du logement, les loyers et les prix des logements ont augmenté de 30 % depuis 2005.
“Selon une étude, certaines propriétés sont surévaluées de 700 000 CHF, mais les propriétaires nient aveuglément la chute des prix de l’immobilier cette année et ne veulent pas renégocier”, a déclaré une lectrice de facebook qui cherche à acheter un logement.

Dans toute la Suisse, la demande s’est déplacée des zones urbaines chères vers les régions périphériques moins chères. Peu de maisons individuelles sont construites dans les villes en raison du prix élevé des terrains. Les maisons existantes disparaissent, le plus souvent pour faire place à des habitations multifamiliales.
Dans la région de Genève, un directeur commercial, a déclaré que les affaires étaient particulièrement difficiles dans le segment du luxe, où l’offre a dépassé la demande.
“Les prix sont montés trop haut et les gens ont quitté le pays en raison des incertitudes fiscales”, a-t-il déclaré. “Je ne vois pas vraiment beaucoup d’étrangers riches s’installer en Suisse, ni d’expatriés arrivant sur des contrats fixes intéressés par l’achat. Il y a des expatriés avec des contrats fixes qui louent pour deux ans et qui commencent à chercher à acheter”.
En attendant, les logements d’entrée et de milieu de gamme à Genève “se vendent bien”, a-t-il ajouté, car il y a une forte demande locale mais pas assez de biens disponibles. La plupart des nouveaux logements vendus sont construits sur commande.

Combien de temps faut-il économiser pour acheter un logement ?

Bien que les taux hypothécaires soient encore très bas – de 1,35 % pour une hypothèque de dix ans – les prix élevés et les exigences de financement plus strictes imposées par les banques depuis 2013 pour éviter une bulle immobilière freinent les ventes.
Les futurs propriétaires doivent trouver des dépôts plus importants, ce qui leur permet d’épargner plus longtemps. Un acompte de 20 % du prix d’achat est généralement le minimum requis par les banques suisses qui vendent des hypothèques, dont au moins 10 % en espèces. Un propriétaire suisse devait verser un acompte de 172 000 francs en moyenne en 2014, contre 105 000 francs en 2006. Voir https://www.editoweb.eu/Achat-maison-a-Geneve-trouver-un-pret-immobilier_a34373.html pour vous aider à trouver le financement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code