L'économie au moyen âge
0 0
Read Time:3 Minute, 28 Second

Le débat sur l’usure

La légitimation du prêt avec intérêt a été longue et n’a jamais été pleinement légitimée au cours du Moyen Âge. L’argument étant que le temps appartient à Dieu et que l’on ne peut donc pas profiter de l’utilisation des ressources de Dieu. Ou toute autre forme de bavardage scolaire. Finalement, l’usure a été justifiée par les aspects liés au risque et aux coûts du capital, à savoir le fait que vous pouviez perdre votre argent en le prêtant à d’autres personnes et que vous deviez donc être compensé pour ce risque, ainsi que le fait que vous pouviez utiliser l’argent à d’autres fins d’investissement au moment du prêt et que vous deviez donc être compensé pour vos bénéfices perdus. Je verrais toujours cela comme une justification apologétique du prêt avec intérêt, qui devrait être – c’est un marché libre et volontaire, et quand quelqu’un prend un prêt afin de faire un profit, le montant du profit qui devrait aller à l’entrepreneur et le montant du profit qui va à l’investisseur en capital devrait être librement négocié et peut finir par être plus en faveur de l’investisseur en capital, et c’est bien.

Les racines chrétiennes du socialisme

Mélanger l’économie avec des valeurs élevées et la justice conduit à une mauvaise économie, et le Moyen-Âge était rempli de valeurs élevées et de justice. Fixer des prix, dépenser de grandes quantités d’argent pour des éléphants blancs sans valeur économique comme les cathédrales gothiques – comparer – le programme spatial soviétique, l’idéal de la pauvreté volontaire et la propagande constante contre les acteurs financiers légitimes tels que les prêteurs, les marchands et les changeurs d’argent, sont tous des penchants qui se sont manifestés à la fois dans la chrétienté du Moyen Âge et dans les sociétés socialistes. Je crois que la diabolisation des acteurs financiers a bien servi les rois, car elle a préservé leur monopole du pouvoir. Les marchands étaient l’ingrédient manquant de la société médiévale pour renverser le servage. Si un nouveau système économique a émergé, dans lequel les agriculteurs pouvaient facilement échanger leur production excédentaire, les nouveaux riches pouvaient éventuellement atteindre le pouvoir militaire et mettre les rois sur la touche – c’est en gros l’histoire de 1250-1800. Dans les sociétés socialistes, « le parti » a toujours peur d’être mis sur la touche par les réalités incontrôlables du marché libre.

L’Europe de la fin du Moyen Âge était-elle capitaliste ?

Jacques Le Goff pense qu’elle ne l’était pas, mais je ne suis pas du tout d’accord avec son raisonnement. Il donne trois raisons pour sa perception du Moyen-Âge comme totalement non-capitaliste et même pré-capitaliste : la pénurie de métaux précieux, la fragmentation de la monnaie et le fait que la bourse d’Amsterdam n’a vu le jour qu’en 1609. Honnêtement, ces arguments sont ridicules. La masse monétaire est un aspect de l’économie et de la structure économique, mais c’est un marché comme un autre, tout comme les fruits frais ou la fourrure des animaux. Vous ne diriez pas que la structure d’une économie n’est pas capitaliste parce que le volume des échanges de fruits frais est faible, n’est-ce pas ? De même, le fait que le commerce des mangues, des ananas et des oranges soit similaire en termes d’échelle et qu’il n’y ait pas de consolidation vers « un seul fruit » signifie-t-il que l’économie n’est pas capitaliste ? Les métaux précieux répondent au besoin d’un moyen d’échange fiable, mais leur pénurie ou la diversité de la frappe des pièces n’implique pas grand-chose sur la structure de l’économie. Le monde des crypto-monnaies est-il aujourd’hui non capitaliste parce qu’il y a beaucoup de pièces ? En ce qui concerne la bourse, les bourses ont existé dans de nombreuses villes avant la bourse d’Amsterdam. Le goff traite la bourse d’Amsterdam comme si c’était le mont du temple, et comme si aucun sacrifice n’existait . La révolution commerciale du 13e siècle a donné naissance à de nombreuses institutions financières, notamment la propriété partagée des entreprises et le commerce des actions et des fractions d’actions.

 

voir ce site https://www.credit-conseil.ch , tenu par des experts des demandes de financement en suisse.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code