Qu’est-ce que la virtualisation ?

Vous êtes-vous déjà demandé ce que sont les machines virtuelles et comment elles fonctionnent ? Voici un guide de la virtualisation
Le processus consistant à transformer l’infrastructure informatique physique, y compris les serveurs et les équipements de réseau, et à les transformer en alternatives logicielles est connu sous le nom de virtualisation. Ces composants virtuels aident les organisations à réduire les équipements qu’elles doivent mettre en place et entretenir, ce qui réduit les coûts et diminue leur empreinte informatique physique.
Cette innovation a transformé la manière dont les entreprises gèrent leurs opérations informatiques et la façon dont les employés abordent le travail au quotidien. Le plus grand avantage réside dans la manière dont les composants informatiques virtualisés peuvent s’intégrer les uns aux autres, ce qui était peut-être difficile à réaliser avec du matériel physique dans le passé. Les partisans de la virtualisation affirment également qu’elle aide les entreprises à accroître l’efficacité de leurs opérations, et qu’elle augmente également l’agilité.
• Qu’est-ce que la virtualisation ?
• La virtualisation des serveurs : Qu’est-ce que c’est et quels en sont les avantages ?

Une virtualisation qui permet de faire des choix, et non des compromis

Les Macs ARM d’Apple ne prendront pas en charge la virtualisation de Windows
Pour mieux comprendre le fonctionnement de la virtualisation, nous devons d’abord imaginer cinq ordinateurs physiques – chacun d’entre eux ayant son propre système d’exploitation (SE) et ses propres services logiciels isolés. Bien qu’ils puissent fonctionner séparément, la virtualisation permet de détacher chaque système d’exploitation et ses logiciels de chaque terminal et de les fusionner en une seule entité. Cet ordinateur “hôte” peut également maintenir des logiciels séparés et fonctionner comme des appareils individuels si nécessaire.
Les différentes instances logicielles virtuelles sont appelées “machines virtuelles” (VM) et sont coordonnées par une seule machine physique. Cet ordinateur central utilise une plate-forme logicielle appelée “hyperviseur” qu’il peut utiliser pour gérer l’ensemble des machines virtuelles qu’il exécute. Grâce à l’hyperviseur, il peut partager des éléments cruciaux comme l’utilisation de la mémoire, la bande passante du réseau, les cycles du processeur, ainsi que d’autres ressources informatiques.
Ces cinq ordinateurs que nous avons imaginés peuvent, grâce à la virtualisation, fusionner en une seule machine combinée tout en préservant leur individualité, ce qui permet aux travailleurs de les utiliser séparément.
Terminologie de la virtualisation

Machines virtuelles (VM)

Les machines virtuelles sont l’une des unités élémentaires de la virtualisation. Il est préférable de l’imaginer comme un ordinateur fonctionnant de manière indépendante, sauf qu’il lui manque une présence physique normalement attendue. Une machine virtuelle, lorsqu’elle est déployée, a la capacité d’ouvrir un système d’exploitation supplémentaire sur un seul appareil, et cela inclut son propre logiciel.
Le fonctionnement de la VM est totalement indépendant de l’hôte, ce qui signifie qu’elle ne sera pas affectée si quelque chose se passe mal avec le matériel utilisé pour y accéder. En même temps, étant donné qu’elle est complètement séparée, la machine virtuelle ne peut pas avoir d’effet sur le fonctionnement de l’ordinateur “hôte”.

Mémoire virtuelle

Pour que les machines virtuelles fonctionnent le mieux possible, il est essentiel qu’un niveau élevé de mémoire virtuelle soit disponible sur l’ordinateur hôte.
Cela permet aux applications d’améliorer leurs performances globales et de stocker et recevoir des données. Elle est activée par de petits ajouts au matériel d’une machine, appelés segments ou pages, qui stockent les données supplémentaires qu’une machine physique ne peut pas stocker.
Infrastructure de bureau virtuel
L’infrastructure de bureau virtuel (VDI), c’est lorsqu’une organisation achète des bureaux virtuels hébergés par un fournisseur tiers et n’a donc pas à déployer la technologie sur son infrastructure sur site, ce qui réduit ses coûts et simplifie les déploiements.

RESSOURCE CONNEXE

Une virtualisation qui permet de faire des choix, et non des compromis
Exploitez la technologie de virtualisation qui convient à votre infrastructure hybride
Maitriser les béabas de la virtualisation
“Les bureaux et applications virtuels sont à la mode dans les entreprises informatiques depuis plus de dix ans, depuis que la croissance du travail à distance a accru le besoin de postes de travail mobiles, ce qui a fortement encouragé de nombreuses organisations à mettre en œuvre cette technologie”, dit-il.
“Comme les bureaux virtuels ne sont pas hébergés localement sur les appareils des utilisateurs, une organisation peut distribuer des machines dépouillées, appelées clients légers, avec accès aux applications et aux données de l’entreprise dans le centre de données pour réduire les coûts de matériel et simplifier la gestion”.

Applications virtuelles

De nombreux avantages des bureaux virtuels s’appliquent également à la virtualisation des applications, qui permet aux utilisateurs d’accéder aux applications sans les stocker localement et aux entreprises d’avoir un meilleur contrôle sur leur utilisation.
“Les nouvelles utilisations de cette technologie ont ouvert la voie à la virtualisation d’applications spécifiques à des tiers, comme Skype for Business de Microsoft ou la navigation”. “Les exigences de sécurité et les changements de conformité tels que le GDPR ont également contribué à ce que davantage d’entreprises cherchent à avoir plus de contrôle et de visibilité sur les applications utilisées par leurs employés”.
Un dossier intitulé "GDPR Compliance&quot ; sur un bureau
“Alors que de plus en plus d’organisations cherchent à mettre à niveau les 300 millions ou plus de PC dans les entreprises de plus de cinq ans, elles adoptent des plates-formes PC plus récentes. Les Google Chromebooks et Windows 10 de Microsoft connaissent une forte croissance dans le secteur public Suisse”.

Les avantages de la virtualisation

Tout d’abord, il est rentable. Lorsque la virtualisation est appliquée au stockage, aux serveurs et aux ordinateurs de bureau, elle peut libérer des actifs, ce qui réduit les frais généraux et les frais d’exploitation. La virtualisation d’un environnement peut transformer un seul serveur en de nombreuses machines virtuelles, ce qui permet d’en tirer un usage beaucoup plus efficace que dans un état non virtualisé. La réduction du nombre de serveurs physiques que vous exploitez diminuera naturellement le temps nécessaire à votre équipe informatique pour entretenir votre matériel. La virtualisation peut également réduire le nombre de licences de logiciels à utiliser.
Elle peut également améliorer la résilience. Lorsqu’une panne grave affecte un serveur physique, il peut être nécessaire de le réparer ou même de le remplacer, ce qui peut entraîner des perturbations qui durent des heures, voire des jours, voire des semaines. Les environnements virtualisés sont beaucoup plus faciles à déployer : il suffit de cloner la machine virtuelle touchée et de la remettre en service en quelques minutes, ce qui réduit considérablement les temps d’arrêt coûteux.
La virtualisation offre également des avantages environnementaux. Elle nécessite moins de ressources de serveur et de stockage, ce qui permet de fabriquer moins d’unités, et donc, bien sûr, d’en disposer en fin de vie, tout en consommant moins d’énergie pour fonctionner. Voir https://evok.com/fr/serveur-dedie-virtuel-suisse/ pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code