Souvent, lorsque on explique le fonctionnement des sauvegardes Veeam, les gens ont des questions sur la façon dont les données sont déplacées pour les sauvegardes incrémentales. De plus, il y a des questions fréquentes sur les différences entre les sauvegardes incrémentales et différentielles. Dans ce post, on va  expliquer ces différences et montrer ce que fait Veeam et pourquoi les options sont ce qu’elles sont aujourd’hui.

Méthodes incrémentielles et différentielles et comment Veeam écrit les sauvegardes

Tout d’abord, il n’y a pas de sauvegardes différentielles avec Veeam. Une sauvegarde différentielle est en quelque sorte un héritage de l’ère des disques sur bande où il y a une sauvegarde complète avec une collection complète des changements. Une restauration aurait une bande de sauvegarde complète et une seconde bande avec tous les changements sous la forme d’une sauvegarde différentielle. Cela permettrait d’éviter les changements de bande (plusieurs bandes nécessaires pour une restauration), qui sont une autre relique de l’ère disque-bande. On peut avoir une  visualisation sur  une sauvegarde différentielle :

Sauvegarde différentielle

La sauvegarde différentielle fait en sorte que le jeu de bandes avec la sauvegarde complète et le jeu de bandes avec la sauvegarde différentielle puissent accéder à un point de restauration. Il peut s’agir de la même bande ou d’un pool de bandes, mais historiquement, lorsque la bande était le premier endroit où les sauvegardes atterrissaient, c’était un arrangement courant. Cependant, l’implémentation variait largement. Cela a été conçu pour éviter de changer plusieurs bandes (disons l’équivalent d’une semaine) pour effectuer une seule restauration.

Avec la pratique généralement acceptée d’utiliser les sauvegardes de disque à disque pour la première partie d’une sauvegarde, l’industrie et Veeam se sont clairement alignés pour utiliser les sauvegardes incrémentales pour un certain nombre de raisons. Spécifiquement avec Veeam, il existe deux types de méthodes de sauvegarde incrémentale : les sauvegardes incrémentales avant et arrière. Ces deux méthodes de sauvegarde exploitent également une nouvelle technique importante appelée « changed block tracking » (CBT). Veeam utilise CBT à la fois pour les sauvegardes de VMware vSphere et de Microsoft Hyper-V.

La sauvegarde incrémentale avant avec Veeam est la méthode par défaut pour écrire les sauvegardes sur disque. Avec une sauvegarde incrémentale avant, les nouveaux blocs uniques de la machine virtuelle sont transférés dans un fichier séparé – le fichier .vib – après que la sauvegarde complète ait été effectuée (dimanche un exemple sur internet). Cette opération est répétée avec chaque point de restauration créé, indiqué comme des sauvegardes quotidiennes dans la figure ci-dessous. Une technique supplémentaire est utilisée : la sauvegarde complète synthétique. C’est un excellent moyen de réduire la pression sur le stockage primaire tout en ayant un point de restauration complet dans un seul fichier. La sauvegarde complète synthétique est créée en lisant la sauvegarde complète contenue dans le fichier .vbk et les sauvegardes incrémentales pour créer un fichier de sauvegarde complète avec le contenu déjà présent dans le référentiel de sauvegarde. La sauvegarde avant est présentée ci-dessous :

Sauvegarde incrémentale avant

Veeam recommande la sauvegarde incrémentale inverse pour un stockage polyvalent, tel que le stockage de vos sauvegardes sur un SAN ou des périphériques de stockage à attachement direct. Le dernier point de restauration est toujours un fichier de sauvegarde complet dans cet exemple, et les sauvegardes incrémentales sont reflétées par les points de restauration précédents. Le processus incrémentiel dans cet exemple se fait en copiant les blocs uniques de la VM et en les injectant dans la sauvegarde complète. Les blocs qui représentent le point de restauration précédent sont placés dans un fichier incrémental inverse .vrb qui existera pour chaque point de restauration dans la chaîne de sauvegarde. Le diagramme ci-dessous montre ce processus :

Sauvegarde incrémentale inverse

Pour mettre tout cela en perspective, Veeam Backup & Replication v7 a introduit le support des bandes, permettant aux utilisateurs d’écrire des sauvegardes sur bande à partir d’un job de sauvegarde sur bande ou d’un job de fichier sur bande. Le processus de transfert des fichiers sur bande est expliqué dans le centre d’aide. Cela signifie que la nature de la sauvegarde complète et ses points de restauration associés sont conservés intacts. Cependant, Veeam Backup & Replication v9 a introduit la rétention GFS (grand-père, père, fils) sur bande, qui permet de consolider le nombre de bandes nécessaires pour répondre aux exigences de rétention hebdomadaire, mensuelle, trimestrielle ou annuelle.

Pour les exigences de disponibilité actuelles, l’approche incrémentale est de loin préférable. D’une part, le transfert pour chaque point de restauration (dans n’importe quel exemple Veeam) ne concerne que les blocs uniques depuis la dernière sauvegarde. Dans l’approche différentielle, les systèmes avec des taux de changement élevés transféreraient toutes les nouvelles données depuis la dernière sauvegarde complète. Cela peut entraîner une augmentation des temps de sauvegarde et un stress sur le stockage primaire.  Voir https://evok.com/fr/sauvegarde-et-replication-veeam/ et vous en saurez plus encore sur la sauvegarde VEEAM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code