Vivre à Wall Street, Combien est-ce suffisant ?

Le gamin continue de demander au voleur et au commerçant millionnaire.

Combien d’argent voulez-vous ? De combien seriez-vous satisfait ? Le commerçant semble réfléchir sérieusement, mais la réponse est qu’il ne sait pas. Il n’est même pas sûr de savoir comment répondre à la question. Il passe ses journées à essayer de gagner le plus d’argent possible, et il se plie joyeusement à la loi pour gagner encore plus de millions, mais le concept de “assez” lui échappe. Comme tous les joueurs, il n’est peut-être même pas vraiment intéressé par l’argent, mais par l’action. L’argent, c’est juste la façon de marquer des points.
Le millionnaire est un prédateur, un voleur d’entreprise, un requin de Wall Street. Il s’appelle Gordon Gekko, nom sans doute inspiré du lézard qui se nourrit d’insectes et perd sa queue lorsqu’il est piégé. Joué par Michael Douglas dans “Wall Street” d’Oliver Stone, il se promène sans relâche derrière le bureau de son gratte-ciel, allumant des cigarettes, les poignardant, vérifiant le prix des actions sur une banque d’ordinateurs, aboyant des ordres d’achat et de vente dans un téléphone à haut-parleur. Dans sa vie personnelle, il a tout ce qu’il peut désirer – femme, famille, succession, piscine, limousine, objets d’art inestimables – et ce ne sont que des entrées supplémentaires sur le tableau d’affichage. Il aime gagner.
Le gamin est courtier pour une entreprise de second rang de Wall Street. Il travaille au téléphone, sollicite de nouveaux clients, offre des conseils d’occasion, achète et vend et rêve. “Juste une fois, j’aimerais être de ce côté”, dit-il, en regardant avec ferveur le téléphone qu’un client vient d’utiliser pour lui coller une perte de 7 000 dollars. Gekko est son héros. Il veut lui vendre des actions, entrer dans son cercle, être comme lui. Chaque jour, pendant 39 jours, il appelle le bureau de Gekko pour un rendez-vous. Le 40e jour, jour de l’anniversaire de Gekko, il se présente avec une boîte de cigares de la Havane de chez Davidoff à Londres, et Gekko lui accorde une audience.

Gekko voit peut-être quelque chose qu’il reconnaît.

L’enfant, nommé Bud Fox (Charlie Sheen), vient d’une famille de la classe ouvrière. Son père (Martin Sheen) est mécanicien d’avion et dirigeant syndical. Gekko a lui-même fréquenté une université bon marché. Désireux d’impressionner Gekko, le jeune Fox lui transmet des informations privilégiées qu’il a obtenues de son père. Gekko gagne un peu d’argent sur le marché et ouvre un compte auprès de la Fox. Il lui demande également d’obtenir plus d’informations d’initiés et d’espionner un concurrent. La Fox proteste contre le fait qu’on lui demande de faire quelque chose d’illégal. Peut-être que “protestations” est un mot trop fort ; il “observe”.

Gekko connaît son homme.

Fox a tellement envie de faire un massacre qu’il est prêt à tout. Gekko lui promet des avantages – de gros avantages – et ils arrivent à temps. L’un d’eux est un grand architecte d’intérieur blond (Daryl Hannah), qui décore le nouvel appartement de la Fox, une tour d’habitation très chère. L’approche stylistique du film est rigoureuse : Nous n’avons jamais le droit de nous prélasser dans la splendeur de ce nouvel environnement. L’appartement n’est jamais tout à fait vu, jamais détendu. Lorsque la fille vient partager le lit de la Fox, on les voit momentanément, en silhouette. Le sexe et les possessions sont secondaires par rapport au commerce, à l’action. Demandez à n’importe quel joueur. Crédit
Le “Wall Street” de Stone est une critique radicale de la mentalité commerciale capitaliste, et il arrive évidemment à un moment où la communauté financière est particulièrement vulnérable. Le film affirme que la plupart des petits investisseurs sont des dupes et que les grands massacres du marché sont commis par des hommes comme Gekko, qui se précipitent sur les entreprises et les arrachent à leurs actionnaires. Ce que font les Gekkos est immoral et illégal, mais ils utilisent une petite litanie pour s’excuser : “Personne n’est blessé.” “Tout le monde le fait.” “Il y a quelque chose dans ce marché pour tout le monde.” “Qui sait, à part nous ?”

Le film a une structure d’intrigue traditionnelle :

L’enfant affamé est impressionné par l’homme âgé qui a réussi, séduit par lui, trahi par lui, et essaie ensuite de renverser la situation. Les détails réels de l’intrigue ne sont pas aussi importants que les changements que nous constatons dans les personnages. Peu d’hommes dans les films récents ont été plus froids et plus impitoyables que Gekko, ou plus convaincants. Fox est, en comparaison, un bébé dans les bois. J’aurais préféré un jeune acteur qui semblait plus rapace, comme James Spader, qui a un second rôle dans le film. Si le film a un défaut, c’est que Sheen ne semble jamais assez acharnée pour évoluer dans le cercle de Gekko.
La plus grande réussite de Stone dans ce film est de faire en sorte que tous les rouages financiers et les transactions semblent compliqués et convaincants, tout en ayant toujours un sens. Le film peut être suivi par n’importe qui, car les détails de la manipulation des actions sont tous filtrés par des couches transparentes de cupidité. La plupart du temps, nous savons ce qui se passe. La plupart du temps, nous savons ce qui se passe et nous savons pourquoi.
Bien que la plupart des gens de Wall Street s’opposent à la violation de la loi par Gekko, son système de valeurs plus large est applaudi. L’astuce consiste à gagner son argent sans enfreindre la loi. Les financiers qui peuvent le faire, tels que Donald Trump, sont mentionnés comme candidats possibles à la présidence, et dans son autobiographie, Trump déclare tout simplement que l’argent ne l’intéresse plus beaucoup. Il est plus motivé par le défi d’un accord et par le désir de gagner. Sa franchise est rafraîchissante, mais la clé pour lire cette déclaration est de voir qu’elle ne considère que l’argent, d’une part, et la victoire, d’autre part. Il n’est pas question de créer des biens et des services, de fabriquer des choses, d’investir dans une usine, de contribuer à l’infrastructure. Voir https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=3175.html pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code