C’est quoi la citoyenneté active ?

La citoyenneté est une condition légale et ne peut techniquement pas être qualifiée d’active. Cependant, dans le langage courant depuis les années 2000, le terme “citoyenneté active” est devenu courant pour indiquer l’association entre la citoyenneté et l’activisme civique ou politique.

S’il existe un idéal de citoyen “actif”, on peut aussi penser à son contraire, à un citoyen “passif” qui se désintéresse complètement de la vie publique, un citoyen qui, bien que titulaire de droits de citoyenneté, renonce à les exercer, par exemple en ne se rendant pas aux urnes, ou les utilise inconsciemment, par exemple en circulant librement sur le territoire national et européen, sans se soucier le moins du monde de l’origine et de la protection de ces droits.

La citoyenneté active désigne donc l’attitude proactive du citoyen qui s’engage à rendre ses droits de citoyenneté effectifs, à les concrétiser et à les exercer de manière de plus en plus consciente et constructive.

Cependant, le concept de citoyenneté, comme nous l’avons vu dans le paragraphe précédent, est ambivalent par rapport aux droits politiques et aux droits sociaux, dans le sens où – pour simplifier grandement – il définit les contours des premiers tout en permettant aux citoyens un accès “privilégié” aux seconds.

Cette ambivalence à l’égard des droits politiques et sociaux a donné lieu à deux approches différentes de la citoyenneté active, selon les droits mis en avant.

Si l’accent est mis sur les droits politiques, la citoyenneté active se traduit par une augmentation de la participation politique et un plus grand engagement de la part du citoyen à mener des activités politiques pour promouvoir le développement et le bien-être de la communauté.

Si l’accent est mis sur les droits sociaux, la citoyenneté active se traduit par une participation crescendo à des activités visant à favoriser et à concrétiser la réalisation des droits sociaux des citoyens, généralement par le biais d’organisations civiques militantes ou même à titre individuel par des activités de vigilance, de documentation et de dénonciation pour faire respecter les droits des citoyens, et des plus faibles en particulier.

Cette approche de la citoyenneté active visant la protection et la réalisation concrète des droits des citoyens génère souvent une autre attitude duale, selon que les activités menées sont considérées comme complémentaires à celles exercées par les institutions et la politique ou alternatives et antagonistes. Cette diversité secondaire d’approche est déterminée par le fait que les organisations de citoyenneté active opèrent souvent dans des lieux et des situations où l’État est défaillant, voire absent, alors que dans le même temps, les institutions qui devraient intervenir semblent sourdes et aveugles, voire cyniques, en raison de la bureaucratie, de la négligence, du manque de ressources, de la mauvaise gestion, etc. En outre, le contexte culturel de certains des militants influence également la perception et l’interprétation de l’activisme civique et de la citoyenneté active comme étant “antagonistes” au pouvoir de l’État.

La principale différence dans l’approche de la citoyenneté active est également ancrée dans les différences opérationnelles qui caractérisent les activités de participation à la vie politique.

Alors que la citoyenneté active, comprise comme une participation politique, implique essentiellement une discussion sur la production d’actes normatifs, où le citoyen a la possibilité d’exprimer ses opinions mûres par rapport aux besoins de la communauté, dans la citoyenneté active, comprise comme la réalisation concrète des droits du citoyen, une approche pratique prévaut, orientée vers la production de résultats tangibles, visant à satisfaire les besoins des personnes et des communautés qui semblent être privées des droits de la citoyenneté.

Bien que cette différence d’approche de la citoyenneté active ait ses propres raisons d’être, les deux approches ne s’excluent pas mutuellement ; au contraire, elles peuvent se renforcer mutuellement.

Un parcours de citoyenneté active qui pourrait commencer par la connaissance de la politique, par l’information et la discussion des questions politiques, par le vote et la signature de pétitions ou d’initiatives de loi populaire, en passant par la participation aux débats publics de la démocratie délibérative, l’envoi de demandes et de pétitions aux parlementaires et le contact avec les syndicats et les associations professionnelles, le financement des partis et associations politiques, l’adhésion aux mobilisations populaires, l’adhésion à une organisation civique militante, le soutien actif à un mouvement, l’inscription à un parti politique et, pourquoi pas, la candidature aux élections.

En tout état de cause, quelle que soit la voie de la citoyenneté active que l’on souhaite suivre, pour obtenir des résultats sur une question politique spécifique et plus généralement pour influencer les décisions politiques, il est nécessaire de s’appuyer sur un grand nombre de citoyens et sur les membres des organes élus dans les institutions, il est donc essentiel d’entrer en relation avec d’autres citoyens et organisations de la société civile.

Il peut également être utile de distinguer les différents niveaux de gouvernement auxquels la citoyenneté active peut être exercée :

  1. le niveau municipal : le lieu de résidence est probablement le lieu le plus important pour exercer une citoyenneté active et une démocratie participative. Les municipalités gèrent des aspects importants de la vie des citoyens tels que la gestion des déchets, les infrastructures locales, l’urbanisme, les routes urbaines.
  2. le niveau régional : entre la municipalité et l’État se trouvent les régions, qui jouissent également d’une souveraineté limitée, avec leurs propres statuts et pouvoirs législatifs, bien qu’elles exercent en fait principalement des fonctions administratives.
  3. Le niveau national : les États représentent le niveau de gouvernance le plus important en termes de pouvoirs politiques et juridiques et de contrôle des fonds publics. C’est pourquoi la participation des citoyens aux processus démocratiques qui affectent le pouvoir de l’État est cruciale pour influencer les décisions politiques et influer sur les politiques publiques. Les droits politiques dont jouissent les citoyens, notamment le droit d’élire leurs représentants dans les institutions ou de se présenter aux élections, permettent également d’autres formes de participation, telles que la présentation de pétitions et de propositions de lois d’initiative populaire et la possibilité de décider directement de questions importantes par le biais de référendums.
  4. Le niveau européen : l’Union européenne est une institution démocratique, créée après un long processus de collaboration des États fondateurs (dont l’Italie), qui a activé un rapport direct avec les citoyens européens. En effet, bien que l’Union européenne ne soit pas un État fédéral, la citoyenneté européenne permet aux citoyens de l’UE de voter et de se présenter aux élections du Parlement européen, de s’exprimer plus directement par le biais de pétitions (adressées au Parlement) ou d’initiatives citoyennes (adressées à la Commission). Les décisions prises au niveau de l’UE ont d’énormes répercussions au niveau local, régional et national. Par exemple, les institutions démocratiques de l’UE ont une compétence exclusive pour conclure des accords de libre-échange avec des pays tiers, et pour décider de la manière de préserver les ressources marines ou des règles à appliquer pour garantir une concurrence économique libre et équitable. En outre, l’UE partage avec les États membres des compétences pour adopter des règles dans de nombreux autres domaines, notamment la cohésion sociale, l’environnement, la protection des consommateurs, l’énergie, les transports et la santé publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code