L’argent au temps du Moyen âge ?

Avec la fin de la domination romaine en Suisse, l’afflux de pièces romaines a cessé au cours du 5e siècle. La circulation de la monnaie était encore assurée pendant un certain temps par le monnayage existant, mais l’économie monétaire romaine tardive a ensuite presque complètement disparu et le troc et le paiement en nature sont redevenus la norme. Dans les royaumes germaniques qui ont suivi l’Empire romain, le système trimétallique a été abandonné et le nouveau monnayage s’est limité à des pièces d’or qui, en raison de leur valeur élevée, n’étaient pas adaptées à un usage quotidien et étaient probablement utilisées principalement pour le paiement de tributs et la thésaurisation.

La dénomination la plus importante était le triens, qui correspondait à un tiers du solidus romain tardif. Au sein du royaume mérovingien, le territoire de l’actuelle Suisse occupait une position périphérique. Sur plus de 800 monnaies mérovingiennes, seules sept étaient situées en Suisse, toutes à l’ouest de la Reuss (Genève, Lausanne, Avenches, Saint-Maurice, Sion, Bâle, Windisch). Les triens frappés par ces monnaies ne jouaient aucun rôle dans la circulation monétaire locale. D’après les résultats, ce sont surtout des pièces gauloises qui ont circulé en Suisse, et en partie aussi des pièces ostrogothiques, wisigothiques et lombardes. Le passage du système de monnayage de l’or à celui de l’argent, qui a eu lieu dans le royaume franc à la fin du VIIe siècle, n’a d’abord eu aucun effet dans la Suisse actuelle.

À quelques exceptions près, du 8e au 13e siècle, un seul type de pièce a été frappé en Europe centrale, le Denaro (en allemand Pfennig), et occasionnellement aussi sa moitié, l’obole. Pour les paiements plus importants, des lingots d’argent étaient également utilisés dans certains cas, comme le montrent les sources écrites et les quelques découvertes. Ces lingots étaient souvent fabriqués avec un poids standard d’un mark ou d’une livre.

Les quelques pièces frappées en Suisse pendant la période carolingienne n’ont eu aucune importance pour la circulation monétaire locale. Parmi les découvertes de cette période en Suisse occidentale, les deniers (Pfennige) provenant des monnaies du Royaume franc d’Occident prédominent, tandis que parmi les découvertes dans le reste de la Suisse, en particulier dans les Grisons et dans la partie de la vallée du Rhin proche des Alpes, les pièces italiennes prédominent. Bien que le paiement du tribut en argent soit mentionné dans les sources dès la période carolingienne, l’économie monétaire n’existait à cette époque que sous une forme embryonnaire. Ce n’est qu’aux XIe et XIIe siècles que les pièces frappées par les monnaies indigènes, principalement gérées par les autorités monétaires ecclésiastiques, ont joué un rôle plus important. Les deniers (Pfennige) de Bâle, Zurich, Lausanne et Genève deviennent la monnaie de référence dans leurs territoires respectifs ; la circulation monétaire tend désormais à se faire à l’échelle régionale. Dans les Grisons, ces pièces ont continué à prédominer. Contrairement à l’opinion largement répandue selon laquelle les pièces de monnaie de cette époque ne servaient qu’au commerce de longue distance – la plupart des pièces trouvées provenaient de vastes magots du sud de la Scandinavie et des régions baltes -, des découvertes plus récentes mettent de plus en plus en évidence l’importance de la circulation monétaire locale. Il semble que les marchands n’étaient pas les seuls à disposer d’argent à cette époque, et l’utilisation des pièces de monnaie se répandait progressivement dans toutes les couches sociales.

Outre les menz. de Pfennig, qui étaient déjà frappés depuis un certain temps, les deniers de Schaffhouse, de Zofingen, de Berne et de Saint-Maurice avaient leur propre zone de circulation au XIIIe siècle. À cette époque de la “monnaie régionale”, les autorités monétaires individuelles organisaient l’échange de devises étrangères contre des devises locales. La distinction entre les différentes zones monétaires est cependant plus évidente dans les sources écrites que dans les découvertes, car dans la pratique, le monopole d’une monnaie ne pouvait pas être complètement appliqué et les zones monétaires se chevauchaient souvent.

À partir du 13e siècle, l’importance de l’économie monétaire augmente. Au cours de la fin du ME, les tributs autrefois payés en nature ont été remplacés dans la plupart des endroits par des paiements en argent. Les pièces de monnaie, en particulier les petites pièces, sont devenues partie intégrante de la vie quotidienne. L’apparition des pièces d’or et d’argent de grande valeur, qui ont fait leur apparition en Suisse peu après 1300, a représenté un tournant important. Parmi les pièces d’or, le florin florentin (florenus) était initialement prédominant, mais il a été supplanté dans la seconde moitié du XIVe siècle par le florin rhénan. Le grosso de Milan, le grosso de Prague et le grosso de Tours étaient les plus importantes pièces d’argent étrangères. À partir du XIVe siècle, le grosso est émis d’abord par les monnaies de Suisse occidentale, puis par celles du reste de la Suisse, et à partir de la fin du XVe siècle, le florin est également frappé. Avec l’apparition de nouveaux types de pièces, la fin du Moyen Âge a vu une triple division de la circulation monétaire, les pièces d’or et d’argent circulant à l’échelle suprarégionale et les petites pièces circulant principalement à l’échelle locale. Une étape supplémentaire a été franchie vers 1490-1500 avec l’introduction de pièces de crédit de grande valeur (testone, tallero) et du Batzen. Cependant, ce n’est qu’au XVIe siècle que ces innovations sont devenues significatives pour la circulation de la monnaie.

En savoir plus encore : https://fr.wikipedia.org/wiki/Moyen_%C3%82ge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code