Les débuts de la Finance

Vers 1500, le florin d’or était, avec le duché et la couronne solaire de Franconie, la plus importante pièce d’or de Suisse. Après 1530, il perd ce rôle au profit des pièces d’or franques et espagnoles. À la même époque, le pistolet espagnol se répand. Vers 1600, de nombreuses pièces d’or apparaissent sous la forme de doublons, et au XVIIIe siècle, même des pièces quadruples. Une évolution similaire s’est produite pour les pièces d’argent grossières d’origine étrangère qui, dans la seconde moitié du XVIe siècle, ont afflué en Suisse en grand nombre, rejoignant les “vieux” batzen jusqu’alors dominants. Les recherches qualitatives et quantitatives montrent une prédominance des pièces étrangères provenant d’Italie, d’Espagne, de France et du Saint Empire romain germanique (jusqu’à 60 % vers 1600). La forte croissance des pièces d’argent est due aux politiques monétaires des monarchies environnantes, comme la réforme monétaire impériale de 1559, introduite à la suite de la découverte de nouveaux gisements d’argent en Amérique du Sud. Outre les thalers impériaux, les ducats d’argent et les philippines, il y avait également des louis neufs et des louis blancs d’origine française et de nombreuses autres pièces d’argent étrangères, mais aussi, de plus en plus, divers testons suisses. Les 15 à 20 autorités monétaires suisses frappaient rarement des pièces d’or, alors qu’elles frappaient davantage de pièces d’argent et, surtout, de pièces divisionnaires pour l’usage quotidien. Les autorités monétaires émettaient un grand nombre de ces pièces annuellement ou périodiquement afin d’engager des troupes. A Zurich, on les appelait Haller, Angster, Fünfer, Sechser, Kreuzer, Schillinge, Plappart, Batzen, half Batzen, five shillings, ten shillings. À partir de 1650, des centimes (Rappen) ont été régulièrement frappés, et plus tard également des fractions et des multiples de diverses pièces d’argent, comme le dix shilling, le demi shilling et le quart de shilling. A Genève, il y avait le denier, le deux-deniers, le quart ou le tiers (trois-deniers) et le deux-quarts ou six-deniers, ainsi que de nombreuses unités du shilling (sol).

Parités monétaires

La plupart des autorités monétaires suisses évaluent régulièrement les monnaies étrangères circulant sur leur territoire. Afin d’assurer une meilleure coordination, les représentants des cantons voisins et des pays alliés se sont réunis, d’abord sur une base ad hoc, puis périodiquement pour convenir de mesures communes de politique monétaire. Afin d’assurer une meilleure coordination, les représentants des cantons de la Confédération et des pays alliés se sont réunis, d’abord de manière ponctuelle puis périodiquement, pour convenir de mesures communes de politique monétaire. Cependant, les parités officielles établies au niveau national ont dû être adaptées aux unités monétaires locales. Au XVIe siècle, on observe de grandes différences régionales, avec un écart entre l’est et l’ouest du pays : la dépréciation monétaire est plus faible à Saint-Gall, Schaffhouse et Bâle, un peu plus prononcée à Zurich, Lucerne, Soleure et Berne, et encore plus importante à Fribourg et surtout à Genève. Après la crise monétaire des premières années de la décennie 1620-30, il n’y a eu que des dévaluations mineures jusqu’à la fin de l’ancien régime. Les cantons voisins et leurs alliés plus ou moins proches parviennent à contrôler la circulation monétaire, même si une brebis galeuse est parfois découverte parmi les maîtres monnayeurs. La valeur relative des pièces d’or et d’argent a considérablement changé : alors qu’au XVIe siècle, 1 g d’or valait 10-11 g d’argent, ce rapport est passé à 14,5 après la crise monétaire de la fin de l’ancien régime. Parfois, dès la fin du XVIe siècle, et plus souvent à partir du XVIIe siècle, les gouvernements publient des listes officielles de parités dans des édits monétaires (Évaluation monétaire). Lors de la crise monétaire de 1618-22, l’Empire est frappé par une dévaluation massive, dont la Suisse est également victime en raison des liens économiques étroits qui l’unissent. Après 1622, les cantons voisins ont également réévalué leur monnaie (Batzen). Seul Bern ne l’a pas fait. Les autorités ont introduit un taux de change obligatoire pour le Batzen bernois, dont la teneur en fines a été réduite ; les pièces ayant une valeur faciale d’un Batzen valaient en fait la moitié de ce montant. Ce système moderne a fonctionné jusqu’en 1653, date à laquelle Berne a tout de même dévalué son Batzen.

Dans l’ancienne Suisse, il n’y avait en pratique jamais de système de calcul uniforme. Les nominaux de référence les plus répandus au XVIe siècle étaient basés simultanément et à des degrés divers sur les systèmes du florin et de la lire. Grâce à ces unités de référence, il a été possible d’établir des relations de valeur entre toutes les monnaies. Un florin valait 40 schillings à Zurich et Lucerne, 30 schillings à Schaffhouse, 25 schillings à Bâle, 20 schillings à Fribourg, 17,5 schillings à Saint-Gall, 12 schillings à Genève et en Valais et 10 schillings à Zoug. Les ratios de valeur relative par rapport à la lire varient de 2,666 à 0,5. Dans les régions suisses germanophones, le florin a remplacé la lire comme monnaie de compte souvent dès 1570. En Valais, Vaud et Genève, ce rôle a été repris par le florin de Savoie. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, Berne a introduit un système monétaire uniforme sur son territoire, selon lequel une couronne correspondait à 25 Batzen ou 100 Kreuzers. Les marchands et les négociants, les entrepreneurs militaires, les diplomates et les huissiers voyageant à travers la Suisse devaient être familiarisés avec tous ces systèmes de compte et de paiement. À la fin du XVIIIe siècle, vers 1798, un système décimal est adopté dans les cas particuliers (1 frs. = 10 Batzen = 100 Rappen).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code