0 0
Read Time:3 Minute, 36 Second

En ce jour du bicentenaire de la naissance de Florence Nightingale, nous sommes heureux d’accueillir comme écrivain invité le professeur clinique de soins infirmiers à la Fondation à l’université.
.Lorsque j’ai accepté de fournir un article pour le blog en cette Année internationale de l’infirmière et de la sage-femme, qui aurait pu prédire la situation actuelle avec la pandémie de coronavirus (Covid-19) et l’impact sur les soins palliatifs et de fin de vie au niveau mondial. Je réfléchis à la façon dont, aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’infirmières expérimentées et formées pour s’occuper des personnes ayant besoin de soins palliatifs et qui approchent de la fin de leur vie, ainsi que de leurs familles et de leurs proches dans le monde entier.

Cet article s’inscrit dans la série qui marque l’anniversaire de Florence Nightingale le 12 mai et le bicentenaire de sa naissance.

Mon rôle est unique à bien des égards : Je suis l’un des rares professeurs de soins infirmiers palliatifs au monde. Je suis également une universitaire clinicienne. Nous n’avons que 0,1 % d’infirmières cliniciennes universitaires contre 4,6 % d’infirmières cliniciennes universitaires en médecine, avec des chiffres similaires ou inférieurs dans le monde entier. On pourrait dire que Florence Nightingale était la première clinicienne universitaire.
Je suis l’un des sept professeurs cliniques d’infirmerie de la Fondation . Mes collègues professeurs Florence Nightingale partagent un objectif commun : améliorer les soins aux patients et les soins infirmiers et renforcer les capacités de recherche en soins infirmiers , et plus largement en Europe et dans le monde grâce à nos collaborations. Notre réseau m’offre également, à titre personnel, une bourse et un soutien, ce qui est important pour toutes les infirmières.
Florence Nightingale est née le 12 mai 1820. Elle est connue comme une réformatrice sociale et une statisticienne britannique et, surtout, comme la fondatrice des soins infirmiers modernes. Pourtant, en 2020, elle est l’infirmière la plus connue au monde. C’était une leader et une radicale qui croyait que les infirmières devaient être « formées » et non pas simplement arrachées à la rue. Elle soutenait que la collecte de données solides pouvait améliorer les pratiques.

Florence Nightingale 1820-1910.

En 1860, Florence Nightingale a jeté les bases de la profession d’infirmière en créant son école d’infirmières à l’hôpital St Thomas . Les réformes de Florence Nightingale et ce que nous appellerions aujourd’hui le féminisme sont toujours d’actualité. Je pense qu’elle serait surprise de la façon dont les soins infirmiers sont perçus aujourd’hui, en particulier le retour de bâton mal placé vers la nécessité de soins infirmiers universitaires, notamment dans notre domaine des soins palliatifs et de fin de vie. Nous savons que les infirmières représentent la plus grande partie du personnel de santé mondial et sont souvent le premier point de contact pour de nombreuses personnes dans tous les milieux de soins, elles sont donc idéalement placées pour améliorer la prestation des soins palliatifs et de fin de vie.
Dans ses propres soins aux mourants, Florence Nightingale est souvent allée au-delà de l’appel du devoir. Son intérêt pour les familles de ceux qui sont morts pendant la guerre de Crimée l’a amenée à leur écrire des lettres relatant les derniers jours et les dernières heures de leur proche, rappelant la personne qu’ils étaient et apportant du réconfort à ceux qui les pleuraient. Cela reflète les soins que nous prodiguons aujourd’hui à Glasgow avec Covid-19, où les infirmières sont en contact avec les proches par le biais de visites virtuelles et les souvenirs de fin de vie fournissent des souvenirs et un héritage à leurs proches lorsqu’ils meurent.
Célébrez l’Année internationale de l’infirmière et de la sage-femme 2020 sur le blog.

Consultez la série ici et rejoignez-nous en juin lorsque le Dr des Pays-Bas, sera notre rédacteur invité.

Liens et ressources
Pour en savoir plus sur l’Année internationale de l’infirmière et de la sage-femme 2020.
Publié par l’Organisation mondiale de la santé, ce rapport fournit les données les plus récentes et les options politiques concernant le personnel infirmier mondial. Il présente également des arguments convaincants en faveur d’un investissement considérable – et pourtant réalisable – dans la formation, l’emploi et le leadership des infirmières. Une section disponible sur le portail en ligne de la NHWA contient des profils de pays individuels présentant des statistiques clés sur la main-d’œuvre infirmière.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code